Un nouveau style pour l’Harmonie Municipale
 1er 2008



Pour assurer la survie de l’HARMONIE MUNICIPALE Monsieur Raoul Chaussard prend la direction et organise les cours de formation des jeunes avec la collaboration des musiciens les plus anciens dans chacun des pupitres. Grâce au soutien matériel de la municipalité et au dévouement de professeurs bénévoles l’HARMONIE continue sa lourde tâche d’éducation musicale jusqu’à ce que la direction soit confiée en décembre à Michel Chebrou.

Ce très jeune chef apporte un dynamisme nouveau à l’HARMONIE. Dans un souci d’amélioration de la présentation lors des concerts et des défilés, il est décidé que chaque musicien fera l’acquisition d’un pantalon sombre. La tenue sera donc pantalon sombre, chemise blanche, cravate bleue et casquette.

Depuis l’inauguration de la salle municipale polyvalente, les concerts de l’HARMONIE MUNICIAPLE n’ont plus lieu sous la halle mais dans le cadre plus chaud et plus agréable de cette nouvelle salle.

En août 1975, l’HARMONIE MUNICIPALE participe à la cérémonie de la bénédiction de la cloche Marie-Marguerite de l’église Saint-Michel par Monseigneur Guillot. En effet, la cloche Marie-Marguerite née en 1881 vit ses attaches céder successivement et dut être refondue. Elle sonne en ré avec un cinquième de ton supérieur, alors que ses deux soeurs Michel et Madeleine sonnent le sol et le si.

En octobre 1975, Monsieur M.Chebrou, nommé à un poste d’enseignant au Havre, quitte l’HARMONIE MUNICIPALE. La nouvelle recherche d’un directeur est entreprise par la municipalité. Le choix se portera sur Monsieur Jean-Denis Bennet qui assure la direction depuis décembre 1975.

"A l’arrivée d’un nouveau chef à la tête de l’HARMONIE MUNICIPALE, les programmes ont été revus, modernisés : les concerts, par la variété des morceaux interprétés ont gagné en intérêt pour l’auditoire"(3). La grande assiduité des musiciens aux répétitions et le sérieux de leur travail ont permis à l’HARMONIE MUNICIPALE d’obtenir en 1976 au concours international de Patay un premier prix avec mention ascendante.

"Le hasard a voulu que l’essor de l’HARMONIE MUNICIPALE coïncide avec le moment où, enfin, elle entre "dans ses meubles". Désormais l’HARMONIE MUNICIPALE dispose de locaux bien à elle (bâtiment préfabriqué) comprenant :
- une salle de solfège ;

- "une salle de répétitions qui permettra de mettre à l’abri partitions et instruments de musique en laissant chaises et pupitres en place"(3). Après décoration par les musiciens, la nouvelle salle de répétitions est inaugurée le 19 juin 1976 par M. Jean-Claude Groeninck, Maire.

En novembre 1976, l’HARMONIE MUNCIPALE reçoit l’orchestre de chambre du conservatoire d’Orléans à l’occasion d’un concert subventionné par le Conseil Général du Loiret.Puis, elle propose en décembre une pièce de théâtre de J.D. Bennet interprétée par la troupe théâtrale de l’Harmonie Saint-Joseph d’Olivet.

Cette même année, un cours de musique pour adultes est ouvert, afin de permettre la formation de musiciens capables d’encadrer les jeunes et d’assurer une base solide pour l’HARMONIE MUNICIAPLE dont les effectifs sont en perpétuel renouvellement (départ des musiciens en fin ou en cours de scolarité).

Pour la deuxième année consécutive, l’HARMONIE MUNICIPALE organise le 18 juin 1977 un concert avec la participation des enfants des écoles primaires. A cause du mauvais temps, ce concert est donné sous la halle. Les enfants, accompagnés soit par des flûtes à bec (enseignement donné à l’école par les instituteurs) soit par une formation réduite de l’HARMONIE MUNICIPALE présentent des chansons populaires. De plus l’orchestre junior de l’Harmonie (musiciens de moins de 20 ans) assure également une belle prestation.

A l’occasion du premier concert d’automne l’HARMONIE MUNICIPALE propose une audition publique des jeunes élèves (présentation des concerti des examens de la fédération Musicale Orléanais Berry). Au cours de cete soirée les représentants de la municipalité remettent, comme chaque année, les diplômes de la Fédération Musicale Orléanais Berry et les récompenses (disques ou livres) offertes par la municipalité aux élèves les plus brillants.

Le 23 mai 1978, dans le cadre de la politique culturelle du Conseil Général, l’ensemble Andrée Colson offre un après-midi musical aux élèves des classes des écoles primaires : présentation des instruments et techniques d’émission de son. Puis à 21 heures, l’ensemble Colson donne un concert très apprécié pour la délicatesse de l’interprétation.

L’HARMONIE MUNICIPALE participe le 27 mai 1979, au festival de musique organisé par l’Union Musicale de Marcilly-en-Villette.

En septembre, un sympathique voyage conduit les musiciens dans les magnifiques gorges du Tarn. (Visite de La Chaise-Dieu, des grottes des Demoiselles et de l’Aven-Armand).

En 1980, grâce à la municipalité, les musiciens de l’HARMONIE MUNICIPALE reçoivent un uniforme :
- un pantalon gris clair

- une veste blazer bleu marine

- une cravate assortie au blazer.

Le port de la casquette est abandonné. Avec cette nouvelle tenue l’HARMONIE MUNICIAPLE peut, dès lors, se présenter avec plus de prestance aux manifestations locales et à l’extérieur.

Le 8 mars dans le cadre de l’animation musicale à l’école primaire de Jouy-Le-Potier, l’HARMONIE MUNICIPALE présente à Jouy un concert avec le concours de la fanfare locale "Les Raboliots".

En septembre, l’HARMONIE MUNICIPALE prête son concours à la fête de la plage de Fourneau-Chaingy. Puis, dans le cadre de la magnifique exposition "La Ferté d’Antan" l’HARMONIE MUNICIPALE présente un très beau concert dans la chapelle du château de La Ferté-Saint-Aubin.

Au seuil de l’année 1981, il est décidé que l’HARMONIE MUNICIPALE se présentera à un concours. Le choix se porte sur le concours de Montluçon. Le 24 mai 1981 sous un soleil radieux "nos musiciens interprètent - Lumière et Joie - de Charles Jay et ’Suite de Danses Anversoises - de Phlese. Le jury, très sensible à l’excellente présentation de l’HARMONIE et à la qualité de l’exécution, attribue un premier prix ascendant. Au cours de l’après-midi, nos musiciens participent aux défilés à travers la ville et sont souvent salués à leur passage par les applaudissements chaleureux des spectateurs ravis".(4)


(1) Archives de l’HARMONIE MUNICIPALE
(2) République du Centre de décembre 1969
(3) Bulletin Municipal de juillet 1976
(4) Bulletin Municipal de juillet 1981