Tentative de création d’une batterie-fanfare
 1er 2008



Dans le souci de complèter les effectifs de l’HARMONIE MUNICIPALE, il est convenu en 1965 avec la batterie des Sapeurs-pompiers que celle-ci se joindrait à l’HARMONIE MUNICIPALE pour assurer les cérémonies officielles. Afin de permettre une bonne prestation, les deux formations répèteront ensemble avant chaque service. Cette tentative de collaboration sera malheureusement un échec.

Le 22 mai 1966, le Directeur de l’HARMONIE MUNICIPALE organise une grande fête musicale dans la cour d’honneur du château très aimablement mis à disposition par Monsieur le Comte d’Hoffelize. Dans ce cadre magnifique la Fanfare Municipale de Boynes, l’Harmonie Municipale de la Ferté-Saint-Aubin donnent un concert d’ensemble dirigé successivement par les Directeurs des différentes formations. La musique d’honneur de cette manifestation est la musique militaire de la région de Paris du 8ème RIT, formation dans laquelle les jeunes de l’HARMONIE MUNICIPALE ont fait leur service militaire. Cette journée de fête se termine par un grand bal.

En 1967, l’HARMONIE MUNICIPALE participe au carnaval de Jargeau puis aux fêtes musicales de Fay-aux-Loges et de Boynes rendant ainsi le concours désintéressé que ces deux sociétés lui prête lors de la fête de 1966 au château de La Ferté-Saint-Aubin.

Pour récompenser les jeunes musiciens, l’HARMONIE MUNICIPALE organise en juin 1968, un voyage en Touraine avec visite des châteaux de Chaumont, Amboise et Loches. Un sympathique déjeuner est offert à Tours. Après la visite des caves à Vouvray, l’HARMONIE MUNICIPALE assiste au spectacle son et lumière au château du Lude, deux heures de féérie avec 320 costumes, cavaliers, calèches, ballets ...

En 1968, la batterie des tambours et clairons des Sapeurs-Pompiers est dissoute. L’HARMONIE MUNICIPALE tentera de créer une section batterie. Ses efforts ne seront pas couronnés de succès parce que les programmes qui peuvent être proposés aux concerts ne tolèrent que 2 ou 3 marches. Les jeunes de la batterie ne trouvant pas un attrait suffisant aux répétitions n’assistent plus à celles-ci.

Pour la première fois en 1969, l’HARMONIE MUNICIPALE participe à la fête omnisports, grand rassemblement des sportifs sur le stade de La Ferté-Saint-Aubin. Toutes les disciplines sportives pratiquées à La Ferté-Saint-Aubin donnent lieu à des concours et marches (cyclisme, tir, boules, hand-ball, ping-pong, basket-ball, football...). L’HARMONIE MUNICIPALE propose un concert de détente pour les sportifs dans le courant de l’après-midi et lors de la remise des prix.

A l’occasion de la Sainte-Cécile de 1969 alors que la campagne sommeille sous la neige. L’HARMONIE MUNICIPALE reçoit de la Municipalité un nouveau drapeau de velours marron sur lequel sont brodés une lyre dorée, les palmes de feuilles de chêne et de laurier ainsi que la date de la fondation de la société. A cette occasion Monsieur le Maire, Monsieur Martin, "félicita les musiciens , se réjouissant d’avoir à nouveau une Harmonie florissante au sein de laquelle la jeunesse a une grande part, digne de sa devancière LA SOLONAISE". (2)

Les traditionnelles fêtes de printemps, organisées chaque année par la Municipalité le premier dimanche de mai, revêtent en 1971 un caractère plus particulier. Le cercle hippique d’Ardon présente en effet un spectacle fort apprécié : défilé de cavaliers et cavalières à travers les rues de la Ferté, démonstrations de jeux équestres et leçons d’équitation sur le terrain du Cosson. Fidèle à la tradition l’HARMONIE MUNICIPALE assure les intermèdes de cette fête en interprétant des pas redoublés.

Pour la première fois depuis sa création, l’HARMONIE MUNICIPALE offre à ses musiciens une excursion de trois jours pour récompenser ceux-ci de leur dévouement à la cause musicale. C’est la Suisse qui a été choisie et plus précisément l’Oberland Bernois. Ce voyage se déroula dans une excellence ambiance malgré la grande émotion ressentie lors de l’ascension par chemin de fer de montagne du massif de l’Eigerlestsch lorsque le funiculaire s’immobilisa au milieu d’un terrible orage de montagne.

Le 24 juin 1973, l’HARMONIE MUNICIPALE associée à l’Harmonie de Puiseaux participe au grand festival de musique organisé à l’occasion de la commémoration du 125ème anniversaire de la Société Musicale de Malesherbes.

En 1974, un nouveau grand voyage récompense les musiciens de leur travail (Strasbourg, descente du Rhin en bateau, visite du Luxembourg et retour émouvant par Verdun). chacun part en vacances en gardant de ce voyage un excellent souvenir.

Au retour des vacances d’août un grand deuil frappe l’HARMONIE MUNICIPALE : le décès de J.Hannequin, l’artisan de son renouveau qui avait su communiquer aux musiciens l’enthousiasme et l’esprit de camaraderie indispensable au bon fonctionnement d’une société musicale, laisse un grand vide.


(1) Archives de l’HARMONIE MUNICIPALE
(2) République du Centre de décembre 1969
(3) Bulletin Municipal de juillet 1976
(4) Bulletin Municipal de juillet 1981